La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Parfum d'écolière.

 

95_large.gif

 

 

 

Déjà sur les bancs de l’école maternelle, j’écrivais des poèmes … Eh ! Oui c’est là qu’on apprend  à dire :  « Je t’aime. ».  Puis on traîne  notre fond de culotte sur le banc d’un lycée … On s’embrasse, baisers clandestins de la fac.  On se dit que notre premier enfant  aura les traits fins, le visage dessiné à la craie blanche, cette craie poudreuse qu’on chapardait à mademoiselle l’institutrice pour grimer  ce bon vieux tableau noir en neige de Noël. On aurait bien voulu aussi y peindre la mer mais les craies de couleur étaient trop chères alors je disais que dans tes yeux il y avait le ciel bleu de l’océan … Toi tu m’offrais ses vagues quand le blizzard  balayaient tes cheveux sur ton front. Aujourd’hui tu es là devant moi,  ton front dégarni, tes cheveux grisonnant. On se demande encore  si notre premier enfant aurait eu le blond de tes cheveux, le vert de mes yeux, on l’a peut être espéré trop longtemps …  Un peu de poudrin sur mes joues mais ce n’est rien, juste  le salin de la mer qui s’enfuit. J’ai gardé un bout de cette craie blanche dans mon plumier et j’ai acheté des craies de couleur. Viens tous les deux on va peindre la mer et cet enfant tout en couleur aux couleurs de nos rêves …

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif



23/09/2014
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres