La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Poésie.


 

Que l’on défriche mon recueil, je suis dans l’ombre, sans orgueil. Mon cœur en écueil, receveur de bonheur, j’offre au monde mes veines, chef d’œuvre de mes maux. Sous la palissade de mon âme, s’enflamment émaux, les vitraux de mes mots. Pâle rose fugueuse, qu’un seul écho dans mon hameau  devienne tombeau de mes vers trompeurs, amants sans témoin de mes rimes veuves joyeuses. Mes lignes au goût de lèvres pulpeuses, d’un baiser ensemencent des  pages blanches.

 

 

 




19/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres