La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Rose des vents.

big_photo_94307_11293323_2014061148116141.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Sur la grève dénudée j’ai laissé mon cœur voletant papillon éparpillé.

Dans l’éther bleuté, ses ailes dénudées, d’un enclos de lumière mon cœur s’est habillé.

Mon ballot de regrets songeur de val où le temps sait s’oublier.

J’ai erré sans mitaine et sans soulier,

une œuvre inachevée.

Sous la lune courbatue

le souvenir d’un nu,

mon cœur dévêtu,

des ailes blanches délavées,

mes fleurs du mal

baie des anges au teint pâle.

Au potron-minet

un chef-d’œuvre

mes larmes évaporées.

Sous la lune dévêtue

la gravure de mon nu,

les fleurs du bien à la main,

voile aux ailes blanches

la baie des anges d’un matin. 

Nul  vœu,

nulle veillée,

la lassitude noyée dans la rosée,

son hymne mièvre,

mon cœur vêtu

je me suis tendrement éveillée,

Ève.

Péché mignon,

à tâtons

d’un flirt tamisé,

le souffle de mes lèvres

tamisait le sablon,

à chaque pesée de ma bouche,

chacun de ses grains   

était une louange,

incessant refrain

d’une intimiste couche.

Où sous la lune ensablée,

d’un lange blond

vêtue

femme enlisée

d’un rêve bleuté,

dans ma chevelure bouclée

crochet d’immaculé, 

se pendait l’éternité.

Envoilé

sous des ailes blanches,

de sable chaud encerclé

mon cœur aux pieds nus

marcheur dans la baie des anges.

 

 

 

 

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 

 

 

 

 

 



26/02/2015
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres