La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Tige.

 

 


 


 

 

Oh fièvre profonde ! Gémissant en silence au fond de ton absence, silence hivernal de la pâle saison, elle avait un tablier à la douceur de ce coton d’autrefois. Elle avait la couleur et l’odeur de ces lavandières qui parfument un champ entier de printemps et de songe, la liberté. 

 

 

En pleine nature.

 

Si la vie était solides racines,

 

je deviendrais yeuse.

 

Si ma vie était jeune pousse,

 

je serais rose des prés,

 

sauvage et indomptable.

 

Mais la vie deviens poussière

 

et moi rose des sables.

 

Je ne suis que sa fervente gueuse.

 

Me frôle de près

 

l’arme blanche

 

de la détresse,

 

l’absence de l’été

 

mais en dentelle blanche,

 

d’une main lointaine,

 

d’un sourire éreinté

 

me borde d’insouciance,

 

la fièvre d’exister

 

enfilant sa mitaine

 

en brave guerrière.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



29/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres