La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Un sourire d'été.

 

 

Des vers de l’indifférence déposés comme une gerbe

 

au pied de ma mémoire, une page blanche s’agenouille.

 

Mes rimes se disputent comme une vierge farouche.

 

Mes larmes interprètent du temps

 

dessinent un présent

 

et se déshabillent sans ride.

 

La nuit caresse ma verve

 

d’une tendresse apprivoisée

 

et se pleurent

 

mes regrets

 

comme une fleur se fane

 

 

et se fanent

 

 mes regrets

 

comme une fleur effeuillée.

 

 

 

 

 



23/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres