La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Vers de bohème.

 

10478223_672008099559700_1192258529652341173_n.jpg

 

 

Si les larmes

étaient des vierges …

Je prierais dieu

en infini cortège.

Sur les ailes de l’adieu,

mon cœur est sous-lieu

où s’étiole le temps,

sous-lieutenant.

Qu’effleure servante l’aurore

l’abysse de mes yeux

où se désagrègent

la rose et son nectar.

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 


 

 



01/08/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres